A l’heure actuelle où notre mode de consommation montre ses limites (épuisement des ressources naturelles, menaces sur la biodiversité, etc.), les entreprises ont plus que jamais un rôle d’exemple à jouer, notamment en appliquant une politique d’achats responsables. C’est-à-dire en intégrant des critères de développement durable.

Malheureusement aujourd’hui, force est de constater qu’encore trop peu d’entreprises incluent ces bonnes pratiques dans leur stratégie ou alors sous la contrainte (demande impérative d’un client important d’obtenir une certification sinon risque de perdre un marché) ou encore parce qu’il s’agit seulement d’un argument marketing (nouvelle cible à viser même si celle-ci est en totale contradiction avec les autres gammes/produits de l’entreprise).

Chez Nohèm, les achats responsables, c’est une histoire de valeur et de conviction.

En ce qui concerne nos produits de soins cosmétiques, nous appliquons une démarche qualitative globale d’éco-conception et nous allons encore plus loin en utilisant le meilleur des ingrédients issus du commerce équitable.

Mais Nohèm met aussi en place des mesures au quotidien et auprès de ses salariés afin de bien faire les choses et ceci malgré les contraintes économiques qui restent la préoccupation de tout acheteur et de toute entreprise. Par exemple, aujourd’hui, nos locaux sont chauffés par géothermie, aucun salarié n’utilise de gobelet jetable lors de sa pause, nous utilisons du papier recyclé et essayons de limiter au maximum les impressions et des lumières avec déclenchement automatique ont été installées afin d’éviter les oublis.

L’objectif est d’aller encore plus loin dans cette démarche d’achats responsables en impliquant nos salariés mais aussi nos fournisseurs. Le service achat travaille actuellement sur la mise en place d’un cahier des charges que devra respecter chaque fournisseur, s’il souhaite travailler avec Nohèm, en contrôlant ses émissions de CO2, en gérant ses substances dangereuses (REACH) et en mettant en place un système de management environnemental. Concernant les salariés, nous souhaitons quantifier et limiter leur empreinte carbone, par exemple, en diminuant les trajets domicile-travail (co-voiturage, télé-travail, etc.).

Toutes ces actions demandent l’implication et l’adhésion de tous. Et chez Nohèm, on y croit ! Nous pensons que l’on peut travailler dans de bonnes conditions, créer des soins de très grande qualité et avec un niveau d’exigence élevé, tout en pensant à la planète et au bien-être de tous! Si c’était ça, le vrai luxe…