«Tout autour de nous, le monde n’est plus que fleurs de cerisier». Haïku de Ryôkan

Tout est rituel, lors des cérémonies de beauté des femmes japonaises. Que l’on se lave, se maquille ou se coiffe, chaque geste est théâtralisé, précis et codifié.

Le souci de l’apparence atteint son paroxysme dans les rituels de beauté des geishas, ces femmes courtisanes, figures emblématiques du Japon traditionnel, qui ne cessent d’enflammer l’imaginaire de la beauté parfaite et de l’extrême raffinement.

Alors on laisse flotter son esprit au cœur des rizières, des sources chaudes volcaniques, de la brume et des cerisiers en fleurs…. à la rencontre d’une beauté profonde en quête de perfection.

Plonger dans l’art du furo, onsen et sento, les bains japonais.

Le Japon regorge de sources chaudes naturelles, très riches en minéraux thérapeutiques, où l’on se rend en famille ou entre amis, pour se relaxer. Il s’agit du Onsen.

Le sento est également un lieu collectif  où l’on vient faire des ablutions et vivre un moment de convivialité. A l’origine bain de vapeur,  il se rapproche du hammam oriental.

Le furo, lui, est un bain individuel qui est pris dans des baignoires en bois odorant de santal, d’hinoki ou de cèdre. On s’y prélasse dans une eau chaude d’une belle couleur laiteuse. Ce bain de furo doit néanmoins rester pur, on se savonne, on se frictionne et on se rince sous la douche, généralement disposée à part.

A la sortie du bain glissez-vous, comme c’est la tradition, dans un peignoir ykata, avant de débuter un nettoyage visage, à base de riz, de goji ou de pivoine.

Le riz, le secret d’un teint de porcelaine.

Il évoque la quintessence de la beauté et s’associe dans les rituels du nuka, aux plaisirs du bain japonais. Le riz entre dans la composition de nombreux onguents pour ses propriétés régénératrices, nourrissantes et hydratantes.

Le nuka, ou son de riz, est traditionnellement employé par les femmes asiatiques pour  se démaquiller et exfolier en douceur leur épiderme, l’éclaircir et l’emmener vers les routes de la soie.

Les femmes les plus raffinées telles les maiko (apprenties geishas), prenaient également le temps pendant leur bain, de s’appliquer un masque de riz pour retrouver une peau éclatante, matifiée et nourrie, un teint de nacre.

C’est en s’inspirant de ces rituels ancestraux  précieux et en les sublimant d’actifs scientifiques ayant prouvé leur efficacité que Nohèm a crée la ligne de soins « Les Sens de l’Asie ». Nohèm a soigneusement élaboré une gamme permettant de réaliser soi-même son rituel japonais :

– Douce gelée démaquillante lactée // Huile de kendi

– Eau de Nohèm, démaquillante, tonifiante et rafraîchissante // Pivoine blanche, lotus sacré, acide hyaluronique

– Gommage lacté visage hydra-exfoliant // Grains de riz, huile de kendi

– Masque hydratant et coup d’éclat // Cire de riz, Sodium pca

– Sérum ultra-hydratation et anti-pollution // Thé blanc, Fucocert

– Soin visage hydratant et antioxydant // Goji, Céramidone

– Contour des yeux hydratant et anti-fatigue // Lys blanc, Asparlyne

Nohèm a également mis au point avec Galya Ortega, praticienne de soins holistiques et spécialiste des massages du monde entier, formée depuis plus de 25 ans auprès des plus grands maîtres orientaux,  un protocole de soins visage exclusif disponible en spas et instituts.